L’UJF: une université pour les étudiants ou pour l’argent ?

L’UJF: une université pour les étudiants ou pour l’argent ?

En cette rentrée 2013, l’UJF a décidé de mettre à profit les vacances d’été afin de fermer deux filières. La première est la formation des professeurs de physique-chimie, qui a été fermée dans le cadre du passage aux ESPE, la seconde est la filière professionnelle Conseiller Technique Hydraulique qui a été fermée pour cette rentrée sous prétexte d’un manque d’inscriptions.

Dans les deux cas, les étudiant-e-s ont été prévenu-e-s soit en fin d’année (le 20 juin pour la filière de physique-chimie), soit en pleine période de vacances (le 19 juillet pour la filière CTH). Dans les deux cas, l’argument avancé était que « cela coute cher de maintenir la formation et l’université se doit de gérer son budget ». Dans les deux cas, l’université a mis sciemment des étudiant-e-s dans une situation difficile à la fois administrativement et financièrement.

L’université Joseph Fourier a dans les deux cas, non seulement, fait croire aux étudiant-e-s qu’ils et elles pourraient étudier à Grenoble pour l’année 2013-2014, mais n’a pas suivi ni aidé les étudiant-e-s qui se sont retrouvé-e-s sans formation du jour au lendemain. C’est un véritable mépris qu’a affiché l’UJF envers les étudiant-e-s qui sont considéré-e-s comme une charge pour l’université et ont été abandonné-e-s dans leurs démarches pour trouver une autre formation. Un comble pour une institution censée fournir une éducation pour tout-e-s et qui se vante d’un niveau international.

Solidaires Étudiant-e-s Grenoble condamne cette politique austéritaire menée par l’UJF, qui est dictée par les politiques menées nationalement et localement depuis des années. Si la LRU et maintenant la loi Fioraso ont entériné le désengagement de l’État des universités, rien ne justifie le mépris qu’ont subi les étudiant-e-s durant l’été.

Publicités