Carton rouge à l’austérité made in Piolle : le conseil du 11 juillet mis hors-jeu ! Match retour le 18 juillet ! [communiqué Union Locale Solidaires Isère]

conseil_municipal_1

Le plan d’austérité annoncé sans concertation préalable par la majorité municipale de la ville de Grenoble devait être voté lors du conseil municipal du 11 juillet. Le conseil a été annulé, suite à la mobilisation des habitant.e.s et des agent.e.s : la majorité municipale paye la monnaie de sa pièce, à vouloir faire seule et sans le peuple, l’austérité ne passera pas, la population y veille et se mobilise !

Annoncées sans préavis ni concertation préalables le 9 juin dernier, les multiples mesures de régressions sociales contenues dans le plan ont provoqué des résistances dès qu’elles ont été connues ; outre la conférence de presse perturbée le 9 juin, on compte depuis cette date de nombreuses actions des agent.e.s municipaux et également des collectifs d’habitant.e.s pour prendre à partie les élus et dire clairement que ce plan, c’est non !

Piolle et son équipe ont utilisé tout un arsenal argumentatif pour justifier les mesures d’austérité : la baisse des dotations de l’état, bien réelle, a servi de prétexte principal, mais elle n’explique pas le fait que ces mesures ont été annoncées par surprise, sans concertation, tambour battant, maquillées par un titre sans équivoques : « plan de sauvegarde des services publics »… La mairie s’est également contentée d’une campagne symbolique contre la baisse des dotations de l’état, et n’a pas pris la peine de mobiliser et d’informer la population, quand ensuite le maire se permet d’envoyer une lettre à tout-e-s les grenoblois-e-s pour justifier ses choix austéritaires. On voit encore les priorités : image, plutôt que cohérence ?

//embedftv-a.akamaihd.net/9f0daa38cf91448fd7cee06c47468f79
Avant le conseil municipal de Grenoble

Le 11 Juillet, c’est gonflé par ce mépris et bien décidées à ne pas se laisser faire que plus de 300 personnes sont venues déposer ensemble devant le maire et son conseil les milliers de signatures récoltées par la pétition contre le plan d’austérité.

N’ayant pas eu leur mot à dire, les grenoblois-e-s rassemblés ont ensuite envahi le conseil, et héroïquement bloqué l’austérité. Le maire utilise le mot « violence » contre une irruption populaire et démocratique : saborder consciemment les équipements municipaux et les agent-e-s qui assurent leurs missions, ne serait-ce pas la vraie violence, pour les grenoblois-e-s actuel-le-s et à venir, et notamment les plus précaires ?

Solidaires Isère ne peut que se féliciter de ce délai que le mouvement social a su arracher aux gestionnaires municipaux : peut-être leur donnera-t-il un temps en plus pour bien comprendre ce que signifie soutenir et imposer ce plan… nous les invitons à changer d’avis !

//embedftv-a.akamaihd.net/f18af276042a33997f92686c8387097d
Grenoble : le maire écologiste présente un plan d’économie drastique

Contrairement à ce que certains osent dire par pur esprit politicard, les grenoblois-e-s mobilisé-e-s ne le sont pas non plus pour être récupéré-e-s par les boutiquiers de LR ou du PS qui jouent l’opposition alors qu’ils auraient mené les mêmes politiques : le mouvement social est autonome de ces élus à qui plus personne n’accorde de crédit.

Alors que Piolle et les austéritaires veulent reconvoquer un conseil municipal lundi prochain, la réponse du mouvement social doit être de leur faire échec par tous les moyens possibles. L’intersyndicale Mairie de Grenoble Solidaires, FO et CGT continue sa lutte pour le retrait du plan de Sauvegarde Piolle et appelle au Rassemblement le lundi 18 juillet devant la Mairie : bloquons-les ! habitant.e.s, agent.e.s, soyons en masse à 17h devant la mairie de Grenoble.

A Grenoble, le 12 juillet 2016.

pdf_file1

Publicités