Une étudiante contractuelle répond au mépris de Madame Dumasy, présidente de l’Université Grenoble Alpes

A la suite de notre Lettre Ouverte en soutien aux étudiant.e.s qui ne sont pas payé.e.s le début de l’année universitaire et de l’envahissement du CA par ces dernier.e.s et les personnels, Madame Dumasy nous a répondu (voir à la fin de la page) en l’envoyant à l’ensemble des personnels de l’Université Grenoble Alpes. Une étudiante contractuelle concernée réagit à cette belle leçon de mépris et d’indifférence de la part de la présidente de notre université. Les étudiant.e.s contractuel.le.s et les personnels pour une meilleure répartition des primes seront en grève demain lundi 28 novembre.

RENDEZ-VOUS DEMAIN, LUNDI 28 NOVEMBRE,  A MIDI DEVANT LE PARVIS DE LA BU POUR UNE CANTINE SOLIDAIRES !

jeunesse

« Nous avons reçu la réponse de Mme Dumasy, je suis étudiante salariée et suis dons bien placée pour dire que tout est mensonge. « La mise en place d’aides d’urgence leur a été proposée, sans qu’aucun d’eux ne sollicite finalement le bénéfice de ce dispositif. » Evidemment, nous n’en avons jamais entendu parler. « La DGDRH devra toutefois renouveler tous les contrats au 1er janvier 2017, en fonction de l’arbitrage de la commission emplois étudiants du 08 décembre, les heures pour le mois de janvier feront également l’objet d’un acompte pour toutes les demandes reçues. » Il faut demander son salaire? Non, on nous refuse toujours l’acompte (la définition d' »acompte » qui au passage change à chaque visite au service des contrats étudiants). Mais vous comprenez, nous ne sommes que des étudiants qui ne comprenons rien au ficelle de l’administration et de la gestion. La situation est très compliquée et on nous dit tout et n’importe quoi. Nous ne sommes au courant de rien et on nous ment. Ces derniers mois ont été très tendu, ce n’est pas facile d’être à 200% dans son boulot quand on ne sait pas si on sera payés…

C’est bien facile pour Madame la Directrice, de prendre des décisions pour les étudiants salariés, elle qui a son salaire tous les mois, qui a une situation confortable. Mais se rend-t-elle compte que mes collègues et moi sommes seuls à subvenir à nos besoins? Que nous ne vivons pas chez « papamaman », que la moitié d’entre nous voit leur famille qu’une fois par an, que nous enchainons cours et travail 5 jours sur 7 (et certains travaillent même le week-end), que nous avons 15min pour manger les jours où tout va bien, que nous traversons le campus à raison de 4 fois par jour, que nos outils pour effectuer correctement notre travail est de plus en plus restreint (le CNIL a bon dos), et j’en passe et des bien bonnes! Dans sa tour d’ivoire, elle ne se rend pas compte de la situation dans laquelle sont les étudiants-salariés capricieux et chouineurs. Qu’elle vienne prendre notre place pour une semaine, elle ne tiendrait pas 3 jours!

Je tiens à rappeler que je tiens énormément à mon travail, c’est pourquoi je vous demande de ne pas transmettre mon nom. J’adore ce que je fais, mais par respect pour mes collègues je ne peux pas continuer à me taire. »


https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FSolidairesEtudiantsGrenoble%2Fvideos%2F1179472032132610%2F&show_text=1&width=560

Soutien des Représentants des doctorants et chargés de TD en SHS de l’Université de Bordeaux

mr-malade-bandage

Bonjour,

Nous avons vu votre lettre ouverte concernant le paiement des précaires et avons été « amusé » de voir la similarité entre vos difficultés et les notre ! Chez nous aussi les huiles se répartissent 1,5 millions d’euros de prime pendant que les personnels les plus précaires ne sont pas payés certains depuis 1 an et demi, et pour beaucoup depuis 3 à 6 mois.
Voyez plutôt par vous même, c’est assez amusant.
————————————————————————————–
Réponse de Madame Dumasy à notre Lettre Ouverte

capture-daacran-2016-01-13-a-12-28-04-copie-2

De: presidence-universite@univ-grenoble-alpes.fr
À: personnels-tous@univ-grenoble-alpes.fr
Envoyé: Vendredi 25 Novembre 2016 13:44:42
Objet: [personnels-tous] REPONSE à Lettre ouverte à la présidente de l’Université Grenoble Alpes, Lise Dumasy, et au président de la ComUE, Patrick Lévy
Chers collègues,
Pour votre information, je vous prie de trouver ci-dessous la réponse qui a été faite à Solidaires suite à l’envoi de leur mail du 24 novembre 2016.
Très cordialement,
Lise Dumasy

Envoyé: Jeudi 24 Novembre 2016 15:29:33
Objet: réf : Lettre ouverte à la présidente de l’Université Grenoble Alpes, Lise Dumasy, et au président de la ComUE, Patrick Lévy
Madame, Monsieur,
Depuis la rentrée universitaire 2016, les taux de rémunération des contrats étudiants ont été harmonisés, de même que les modalités de rémunération.
Au total, ce sont 540 contrats qui ont été conclus depuis la rentrée universitaire.
Auparavant les modalités de gestion étaient différentes au sein des 3 établissements :
– paiement au service fait (UJF)
– paiement mensualisé (Stendhal et UPMF pour les engagements de longue durée)
Désormais la rémunération des étudiants  est versée après service fait,  son montant pouvant varier d’un mois à l’autre en fonction des heures réellement effectuées, selon la  nature des missions confiées et les contraintes de formation de l’étudiant.
Ce choix repose sur le constat d’une très grande hétérogénéité de situations : certains étudiants interviennent pour des volumes horaires très faibles, d’autres interviennent dans plusieurs structures pour des taux et des volumes horaires variables.
Selon la date de réception des états établis par les différentes structures d’affectation et la date de signature des contrats, les 1ers salaires sont versés avec 2 ou 3 mois de décalage par rapport à la prise de fonction.
Chacun des étudiants sous contrat recevra au plus tard fin novembre le paiement des salaires dus, pour les heures à payer transmises à la direction des ressources humaines par les différentes structures.
Le mercredi 16 novembre, la DGDRH a reçu une délégation d’étudiants sous contrat, faisant part de leur souhait d’être payés au plus tôt, pour le travail réalisé.
Il leur a été indiqué qu’ils seraient payés fin novembre.
La mise en place d’aides d’urgence leur a été proposée, sans qu’aucun d’eux ne sollicite finalement le bénéfice de ce dispositif.
Pour pallier ces difficultés pour la fin d’année, il  a été convenu avec les structures de saisir en acompte l’ensemble des états liquidatifs reçus avant le 12 décembre 2016.
Tous les étudiants sous contrats recevront le paiement de ces heures de fin d’année à hauteur de 80% du salaire brut, au plus tard début janvier 2017.
La DGDRH devra toutefois renouveler tous les contrats au 1er janvier 2017, en fonction de l’arbitrage de la commission emplois étudiants du 08 décembre, les heures pour le mois de janvier feront également l’objet d’un acompte pour toutes les demandes reçues.
Bien consciente de la situation sensible des contractuels étudiants, des solutions sont à l’étude pour offrir des conditions de paiement plus rapides à compter du début d’année 2017.
Très cordialement,
Lise Dumasy
Publicités