Fiches de présence obligatoires pour les étudiant.e.s boursier.e.s ! L’UGA attaque les plus précaires !

Nouvelle trouvaille de notre chère direction politique de l’UGA : mettre en place des fiches de contrôle de présence obligatoires pour les étudiant.e.s boursier.e.s. Nous n’avons pas de mot assez dur pour expliquer ce que cela constitue contre les étudiant.e.s les plus précaires. Discriminantes, infantilisantes, facteurs de stress et d’échec, ces pressions envers les plus démuni.e.s qui travaillent à l’université doivent cesser immédiatement !

15267626_890229127781096_2102809653749989823_n

Les étudiant.e.s les plus pauvres savent déjà ce qu’est ce privilège précaire d’étudier dans l’enseignement supérieur : leur condition sociale, familiale, le leur rappelle tous les jours ! Elle leur rappelle aussi tous les jours qu’ils doivent travailler s’ils veulent pouvoir manger, se loger et vivre. Car l’échelon de bourse le plus élevé est encore en dessous du taux de pauvreté, plus d’un.e étudiant.e sur deux est salarié.e, un.e sur deux rate ses études et plus d’un quart des étudiant.e.s est pauvre (et encore ces derniers chiffres sont sans doute sous-estimés) !

Ainsi, la nouvelle université fusionnée UGA, présidée par Madame Dumasy c’est : les étudiant.e.s contractuel.le.s non payé.e.s et refus de la mensualisation de leurs salaires, la suppression des primes au petit personnel, le petit gratin des directeurs de service arrosé.e.s à hauteur de 27000 € par personne, la baisse des dotations pour les UFR, la recherche pour l’armement, les contrats publics-privés, les fiches de contrôle pour les boursier.e.s etc … En somme, l’université du fric, de l’indécence, du mépris et de l’intolérance pour les travailleur.se.s, étudiant.e.s ou personnel.le.s !

Non, ce n’est pas par des moyens disciplinaires et autoritaires que nous arriverons à intégrer et faire réussir les étudiant.e.s boursier.e.s dans l’université mais au contraire en les soutenant et en mettant tout en place pour leur permettre de suivre leurs études convenablement. Nous exigeons donc :

  • La suppression immédiate de ces fiches de présence discriminantes à l’égard des étudiant.e.s boursier.e.s.

  • La mise en place généralisée de dispenses d’assiduité pour tout contrat de travail étudiant.

  • Le boycott par les étudiant.e.s et les personnels de ces fiches.

  • Une véritable politique sociale pour les étudiant.e.s les plus précaires mise en place par l’Université s’opposant à la rigueur budgétaire imposée nationalement, et avec une véritable communication d’ampleur faite pour que les étudiant.e.s connaissent leurs droits.

Pour ce qui est du CROUS, nous rappelons les revendications que nous portons à Solidaires Etudiant.e.s :

A court terme : revalorisation immédiate de l’ensemble des échelons de bourse à hauteur de 25 % et multiplication des échelons pour une plus grande progressivité.

A long terme : mise en place d’un salaire étudiant car celui-ci est un travailleur en formation qui a besoin de vivre dignement et indépendamment. Ainsi nous libérerons les énergies intellectuelles et matérielles nécessaires au progrès social !

Publicités