La sélection en Master de psychologie à été voté. [ Communiqué ]

Suite à la loi du 24 décembre instaurant la sélection à l’entrée du master les différents conseils de l’UGA entament l’application de la sélection en Master.

Le jeudi 02/02 le conseil d’UFR du BSHM a voté la mise en place de la sélection en Master dès cette année. À l’exception de notre syndicat, d’un enseignant de sociologie qui ont voté contre et d’une abstention, la totalités des élu-e-s ont voté pour la sélection, y compris les membres de Licorne.

La Licorne se positionne t-elle en faveur de la sélection ? La position de leurs élu-e-s dans les UFR sur le sujet a été à plusieurs reprises ambigues, mais aujourd’hui cela va plus loin, puisqu’ils ont formellement voté pour la mise en place dès l’an prochain de la sélection en M1 de psychologie. Nous avions déjà alerté plusieurs fois la LICORNE des positions douteuses de certain-e-s de leurs élu-e-s et obtenu pour réponse qu’il s’agissait d’un malheureux manque de formation et de cadrage de ces dernier-e-s, mais ces justifications ne sont pas acceptables quand elles mettent directement en danger la poursuite d’études pour la totalité d’entre nous.

Ce sont bien eux et la majorité des élu-e-s du conseil d’UFR qui ont voté pour la mise en place de la sélection. Les arguments formulés se concentrent surtout sur l’isolement dans lequel se trouvera notre UFR si elle s’avère être la seule à refuser la sélection. Nous devrions alors accueillir un grand nombre d’étudiants ayant été refusés ailleurs, et la situation serait alors problématique.

Cet argument n’est pas recevable de la part d’une direction qui n’a, à aucun moment, entamé un dialogue avec les autres unités de formation pour afficher un refus en bloc de cette réforme. Et qui n’a pas non plus prit la peine de tenir des réunions pour informer les étudiant-e-s de L3 mais aussi de licence en général de ce qui les attend.

Mais non, et comme d’habitude ce seront les étudiant-e-s qui subiront les politiques d’austérité dans l’enseignement supérieur. Comme d’habitude ce seront les étudiant-e-s qui subiront l’immobilisme et le silence d’une direction complice de la casse d’un enseignement supérieur accessible à toutes et tous.

Devant le défaitisme et la résignation, nous exigeons une prise de position publique de la direction sur la sélection en master. Nous exigeons que la direction cesse de pousser aveuglément et sans aucune résistance à la destruction déjà bien entamée d’une université accessible à toutes et tous. Nous exigeons une gestion transparente et collaborative de notre unité de formation. Nous exigeons que des moyens durables soient transmis aux universités pour permettre un enseignement de qualité et un parcours serein pour tous les étudiant-e-s.

Fait le 03/02/2017,13427910_1044885685591246_6085271361122102294_n.png

Contact : – tel : 07 81 00 51 63 ;

-mel : solidaires.etudiants.grenoble@gmail.com

Publicités