Lettre ouverte à la Présidente de la COMUE Madame Lise DUMASY et au Président de l’UGA Monsieur Patrick LÉVY

voiture-securite-l-azureenne-de-protection.jpg

Madame la présidente de notre communauté universitaire, Monsieur le président de l’université,
Madame Dumasy, Monsieur Lévy,

Nous vous adressons cette lettre suite à une agression subie par un militant.

Dimanche 4 février au soir, lors d’un collage d’affiches organisé par les organisations étudiantes et de jeunesses, portant sur la réforme défendue par la ministre Frédérique Vidal, un étudiant a été victime d’un assaut de la part des forces de « sécurité » du campus. Les voitures des gardes, phares éteints, ont foncé sur des militant·e·s, entraînant la fuite de ces dernièr·e·s. L’un d’eux dans la peur et la précipitation a chuté : la voiture s’est arrêté brutalement à très grande proximité de l’étudiant au sol. Les gardes l’ont maintenu par terre, exigeant de lui qu’il décline son identité avant de lui ordonner de s’en aller. Ouvert à la jambe, aux bras et aux mains, il fut emmené rapidement consulter un médecin où ces blessures furent constatées.

Pendant que les gardes intimident les militant·e·s, le bâtiment Stendhal subit tranquillement des cambriolages. La compagnie de sécurité n’est pas aussi zélée lorsqu’il s’agit de protéger les bâtiments du service public.
Ce n’est pas la première fois qu’une affaire de ce genre se produit. Durant la période de mobilisation des étudiant·e·s et des personnels contre la loi Travail, les gardes de sécurité avaient déjà agressé physiquement des représentants syndicaux étudiants de l’UNEF et de Solidaires. Ainsi au vu des faits et de ces actes disproportionnés de violence, nous vous exprimons franchement et avec quelque peu de colère, nos revendications :

1/ Nous vous demandons solennellement de condamner publiquement les agissements des gardes de sécurité. Un traitement de criminel réservé à des étudiant·e·s qui souhaitent simplement informer sur les réformes en cours n’est pas acceptable.

2/ De prendre des mesures concrètes pour que les auteurs de ces violences, salariés d’une entreprise de sécurité privée, soient sanctionnés et que de tels agissements ne se reproduisent plus. Que les personnels et les étudiant·e·s qui collent et donnent de leur temps dans l’intérêt de tou·te·s les membres de notre université ne soient plus réprimé·e·s.

3/ Une nouvelle fois et avec insistance de prendre des mesures pour construire en nombre suffisant des zones d’affichages libres en extérieur, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. Ce qui permettrait de régler simplement et sans heurt le problème des dégradations dû aux collages pourtant nécessaires afin que les étudiant·e·s soient correctement informé·e·s.

Capture

 

Publicités